Dossier de presse

Commentaire de Catherine-Ève Gadoury sur le court-métrage Le prêtre et l’aventurier à l’émission de Catherine Lachaussée Ça me dit de prendre le temps à Radio-Canada, samedi 22 mai 2010

Catherine Lachaussée : Grâce au soutien de Vidéo Femmes, il y a 9 femmes de la région de Québec qui ont eu la chance de participer à un Laboratoire d’exploration en arts médiatiques. Qu’est-ce que c’est exactement, ça?

Catherine-Ève Gadoury : En fait c’est qu’elles ont eu droit à différents ateliers avec des intervenants du milieu du cinéma, c’est-à-dire des scénaristes, des directeurs-photos, des sonorisateurs, et non les moindres : il y a Iolande Rossignol, Carole Laganière, des documentaristes qui œuvrent dans le milieu du cinéma depuis 25-30 ans. Elles ont eu des ateliers de création sonore avec Jérôme Boiteau : on a un bon studio de son ici à Québec qui s’appelle Studio-Expression sur Bouvier […] Donc, elles ont eu vraiment droit à une immersion totale dans le monde du cinéma et ça a donné 9 films vraiment intéressants, hyper professionnels. D’ailleurs, il y avait un coordonnateur de Télé-Québec qui participait à l’événement qui nous disait : « ça pourrait très bien se retrouver à Télé-Québec, entre autres. » Ça a été diffusé donc au Musée de la civilisation. On a eu par exemple le film d’Isabelle Duval, qui est vraiment magnifique : Le prêtre et l’aventurier

Catherine Lachaussée : Ah, vous me l’avez vanté, celui-là…

Catherine-Ève Gadoury : Oui… L’idée de nous présenter ces deux hommes qui sont des amis dans la vie : Jean Désy, qui est l’aventurier, le poète, le médecin qu’on connaît, et le jeune prêtre qui s’appelle Pierre-Olivier Tremblay, qui a à peu près, quoi?, 30-35 ans, et qui sont… qui ont un rapport au sacré très très différent. Alors la cinéaste a eu la belle idée de les faire marcher comme ça sur la berge du fleuve, qui est immense – je ne sais pas ils sont à quel endroit – mais… Pierre-Olivier, lui, c’est le sacré, c’est bien sûr, il parle beaucoup de Dieu…

Catherine Lachaussée : Et il joue du ukulele en plus, c’est original!

Catherine-Ève Gadoury : Oui! Partons la mer est belle, sur le bord d’un rocher! Et à côté on a Jean Désy qui réagit à ce que le jeune prêtre nous dit, mais toujours, lui, en rapport avec la nature, le sacré de la nature, le sacré des peuples autochtones, les Inuits – on sait qu’il se rend régulièrement dans le Grand Nord…

Catherine Lachaussée : Il cherche pas ça dans les nuages, le sacré, lui, Jean Désy!

Catherine-Ève Gadoury : Non! Mais cette conversation-là est extraordinaire, c’est un film très réussi…

.

Publicités