Femmes rapaillées

Femmes rapaillées, collectif sous la direction d’Isabelle Duval et de Ouanessa Younsi, Mémoire d’encrier, Montréal, 2016

En 1969, le poète Gaston Miron dédiait son recueil L’homme rapaillé à sa fille Emmanuelle. Le poème liminaire – fondateur – marque l’arrivée, la naissance, l’aube : « je ne suis pas revenu pour revenir / je suis arrivé à ce qui commence ». Près de cinquante ans plus tard, quarante et une femmes poètes, Québécoises d’ici et d’ailleurs, de générations et de sensibilités différentes, prennent la parole, pour que le commencement continue d’advenir.

L’ouvrage est lancé officiellement le 8 mars 2016 à la Maison des écrivains à Montréal, le 15 avril 2016 au Salon international du livre de Québec et le 9 juin 2016 à la Librairie du Québec à Paris, en présence de plusieurs des poètes participantes.

Couv_FemmesRapaillees

*Feuilleter un extrait du livre.

*Dossier de presse

*Discours de Rodney Saint-Éloi lors du lancement du 8 mars 2016.

*Retour à l’ensemble des publications d’Isabelle Duval.

Publicités